À l’origine

Sur les paysages d'Eugène BOUDIN.

Beaucoup d'incertitudes et d'inconnues planent sur l'origine des races et notre connaissance de ce passé se limite souvent à l'observation des paysages des peintures des XVIII et XIXe siècles dans lesquels se côtoient des bovins aux robes invariablement pie noire, pie rouge et pie bleue.

Pour ne citer qu'un artiste, contemporain des débuts de la sélection animale, le peintre normand Eugène BOUDIN (1824-1898) a sûrement maintes fois reproduit sans le savoir les premières générations d'une flamande en devenir.

En fait on attribue à la race flamande une origine commune aux races nord européennes alors désignées selon leur zone géographique comme races du Holstein, de la Frise, du Jutland, d'Angeln ou du Schleswig. Méme le bétail du Devon dans le sud de l'Angleterre partagerait cette origine que l'on doit surement aux Saxons du Nord de l'Europe venus aussi se fixer avec leurs troupeaux dans les Flandres.

Selon le professeur Dechambre de l'Ecole Nationale Vétérinaire (vers 1900), la race bovine Flamande serait donc rattachée au type "eumétrique, subconcave, longiligne" des côtes du nord de l'Europe. Ainsi, apparentée à la Frisonne ancienne, la flamande possède également un lien originel étroit avec le bétail belge de la race de Furnes-Ambacht, région de la Flandre maritime belge ayant frontière commune avec celles des wateringues qui doit être considérée comme le berceau de la race. L'utilisation dans ces deux zones de la race Durham (Shorthorn) a rapproché ces populations avant que les croisements, prolongés en Belgique et interrompus en France pour privilégier la sélection laitière, ne les séparent définitivement.